Un concert amateur, 1882, Columbano Bordalo Pinheiro,  Museu Do Chiado – Museu Nacional De Arte Contemporânea, Public Domain Mark

Au milieu du XIXe siècle, un nombre croissant d'artistes remet en question la légitimité du système académique et de ses définitions rigides des sujets et des styles acceptables. De nombreux artistes défient la convention académique en peignant des sujets de la vie quotidienne et en mettant l'accent sur le réalisme et le naturalisme.

Hans Andersen Brendekilde (1857-1942) grandit et vit à Fionie, la deuxième plus grande île danoise. Il peint des scènes de la vie quotidienne de la population rurale pauvre. Dans ses premières œuvres, telles que Epuisé de 1889, Brendekilde travaille dans un style réaliste social, en représentant les dures réalités de la vie à la campagne.

Épuisé, 1889, Hans Andersen Brendekilde, BRANDTS, Public Domain Mark
Épuisé, 1889, Hans Andersen Brendekilde, BRANDTS, Public Domain Mark

Dans Epuisé, nous sommes témoins de la chute d'un agriculteur âgé, éreinté par ses efforts, avec une femme agenouillée à ses côtés qui crie d'angoisse. Le sol caillouteux et le paysage dépouillé suggèrent un travail physique sans relâche. Epuisé a été présenté à l'Exposition Universelle de 1889, ainsi qu'à la Chicago Columbian Exposition de 1893. Il a été critiqué par certains journalistes, le qualifiant de mélodramatique et d'excessivement politique.

L'urbanisation est une facette majeure de la Révolution industrielle, car les populations rurales migrent vers les villes en pleine croissance pour chercher du travail. Son impact sur les normes sociales, ainsi que le développement de la culture urbaine ont été observés et peints par une génération d'artistes français, encouragés par le recueil d’essais acclamé de Charles BaudelaireLe peintre de la vie moderne (1863). 

Le Café-Concert, ca. 1879, Édouard Manet, The Walters Art Museum, CC0
Le Café-Concert, ca. 1879, Édouard Manet, The Walters Art Museum, CC0

Édouard Manet (1832-1883) et des artistes de sa génération peignent la vie parisienne : ses cafés, boulevards, jardins d'agrément et sa vie nocturne. Un exemple typique est Le Café-Concert de Manet, exposé au Walters Art Museum, Baltimore, qui a été décrit comme suit par le musée : « En 1878-79, il [Manet] peint un certain nombre de scènes dans le Cabaret de Reichshoffen sur le Boulevard Rochechouart, où les femmes en marge de la société se mêlaient librement aux Messieurs fortunés. Ici, Manet capture les plaisirs kaléidoscopiques de la vie nocturne parisienne. Les personnages sont entassés dans l'espace compact de la toile, chacun semblant ignorer les autres. Lorsque l'œuvre est exposée à la galerie La Vie Moderne en 1880, certains l'acclament pour son réalisme inébranlable et d'autres la critiquent pour sa grossièreté apparente.

Berthe Morisot au bouquet de violettes, 1872, est considéré comme l'un des plus beaux portraits de Manet. Il représente sa belle-sœur, l'artiste Berthe Morisot, portant le deuil après la mort de son père.

Paul Valéry fait l'éloge de ce portrait dans sa préface de 1932 du catalogue d'une rétrospective sur Manet à l’Orangerie, « Je ne classe aucune œuvre de Manet plus haut qu'un certain portrait de Berthe Morisot de 1872 ».

Au Portugal, Columbano Bordalo Pinheiro (1857-1929), souvent appelé « Columbano », s'attache également à peindre des sujets modernes. Pendant qu'il est à Paris en 1881, il admire et étudie les oeuvres de Courbet, Manet et Degas. Columbano est acclamé pour ses portraits de la société bourgeoise lisboète. Il fait partie du Grupo do Leão (Le Groupe du Lion), un rassemblement d'artistes, d'écrivains et d'intellectuels qui se rencontrent dans un restaurant du centre-ville de Lisbonne pour parler des questions esthétiques du jour.

Un concert amateur, 1882, Columbano Bordalo Pinheiro, Museu do Chiado – Museu Nacional de Arte Contemporânea, Public Domain Mark
Un concert amateur, 1882, Columbano Bordalo Pinheiro, Museu do Chiado – Museu Nacional de Arte Contemporânea, Public Domain Mark

La grande toile de Columbano Un concert amateur a été présentée au Salon de Paris de 1882.  Au premier plan, on voit la sœur de Columbano, Maria Augusta Bordalo Pinheiro, qui était également une artiste, portant une remarquable robe en soie de couleur crème dans des teintes métalliques. On note également la présence des peintres Adolfo Greno et, au piano, Artur Loureiro. Les personnages étroitement rapprochés suggèrent une ambiance de complicité musicale.