Emigrants, une arrivée [le pont d'un navire arrivant à Ellis Island remplis d'émigrants] (Arrival at Ellis Island [the deck of the ship is filled with emigrants], Agence Rol. Agence photographique 1913, Bibliothèque nationale de France, Public Domain Mark

Introduction

Le 19e siècle marqua un tournant dans le concept de l'émigration européenne vers l'Amérique. Auparavant, l'émigration transatlantique était peu importante, ne concernant principalement que des marchands, des fonctionnaires et des soldats. Mais elle changea rapidement en quelques décennies. L'Europe était à la veille d'une ère nouvelle; l'émigration vers les États-Unis n'avait jamais été aussi forte et elle ne le serait jamais plus. Des quatre coins du continent européen, toutes sortes de personnes décidèrent de quitter leur patrie pour rejoindre cette jeune et prometteuse nation de l'autre côté de l'Atlantique. En moins d'un siècle, plus de 30 millions d'Européens, originaires de pays aussi septentrionaux que la Scandinavie et aussi méridionaux que la Sicile, appareillèrent vers l'Amérique.

Irlande et Royaume-Uni

L'un des groupes d'immigrants les plus connus aux États-Unis vint d'Irlande. Dans la première moitié du 19e siècle, de nombreux Irlandais quittèrent des ports tels que Cork ou Dublin, recherchant la prospérité et fuyant la répression des catholiques par les Britanniques. Le nombre d'émigrants explosa après la Grande famine (1845-1850), lorsque le mildiou de la pomme de terre détruisit les cultures pendant plusieurs années de suite. Près d'un million d'Irlandais mourut de faim. Des millions d'autres Irlandais fuirent le pays, avec les États-Unis comme destination principale. Leur nombre était tellement important que, dans les années 1840, la moitié de tous les immigrants qui entraient aux États-Unis, était d'origine irlandaise. En quelques décennies, la population de l'Irlande, qui était de plus de 8 millions d'habitants en 1841, tomba à moins de 5 millions, le pays perdant ainsi de nombreux citoyens au profit des États-Unis. Bien que les Irlandais aient toujours attiré davantage l'attention, des millions d'émigrants britanniques finirent aussi par rejoindre les États-Unis. Ensemble, les Anglais, les Écossais, les Gallois et les Irlandais du Nord, enregistrés comme des « Britanniques » dans la plupart des registres d'immigration, ont représenté environ 4 millions d'immigrants. Ils furent ainsi l'une des plus grandes sources d'immigrants d'Europe.

An Emigrant Ship, Dublin Bay, Sunset, Artist: Edwin Hayes ,1820-1904, 1853, CC BY-NC
An Emigrant Ship, Dublin Bay, Sunset, Artist: Edwin Hayes ,1820-1904, 1853, CC BY-NC
White Star Line passenger list,  The saloon passenger list of the White Star Line steamship 'Britannic' for its journey from New York to Liverpool, 27th October 1883. Front cover., Wellcome Library, London, CC BY
White Star Line passenger list, The saloon passenger list of the White Star Line steamship 'Britannic' for its journey from New York to Liverpool, 27th October 1883. Front cover., Wellcome Library, London, CC BY
The Emigrant's Farewell , First lines: Farewell, my loyal comrades, for from you I must go, / Unto a foreign nation, bewailing my sad woe. , Trinity College Dublin, CC0
The Emigrant's Farewell , First lines: Farewell, my loyal comrades, for from you I must go, / Unto a foreign nation, bewailing my sad woe. , Trinity College Dublin, CC0

Europe de l'Ouest

Le nombre d'immigrants originaires de la plupart des pays de l'Europe de l'Ouest fut relativement faible comparé à d'autres régions. Pour les Pays-Bas par exemple, on estime que seules 200 000 personnes ont émigré vers l'Amérique entre 1820 et 1920. Dans ce cas, l'attention se reporta principalement sur les groupes de faible dimension mais facilement reconnaissables, tels que les cultes protestants dissidents. Entravés dans leur vie quotidienne, leurs traditions et leur vie religieuse par le gouvernement des Pays-Bas, ils créèrent de nouvelles colonies dans le Michigan et l'Iowa. Des pays tels que la Belgique et la France ne furent pas non plus des acteurs majeurs des courants de migration, bien qu'ils aient joué un rôle important dans le processus de migration de masse. Leurs ports tels que Le Havre, Anvers et Rotterdam, ont été les points de départ de l'un des plus grands groupes d'émigrants européens - les Allemands. Il y eut tellement d'émigrants allemands qu'ils représentaient un tiers de la population américaine (blanche) au milieu du 19e siècle. Près de 5 millions d'Allemands ont émigré aux États-Unis, principalement du sud de l'Allemagne, mais plus tard aussi du nord du pays.

German immigrants - their arrival at New York, Isaac John Greenwood Collection, NYPL Digital Gallery, Public Domain Mark
German immigrants - their arrival at New York, Isaac John Greenwood Collection, NYPL Digital Gallery, Public Domain Mark

Europe de l'Est

La migration d'Europe de l'Est fut le résultat d'un mélange de malaise économique, de troubles politiques et de persécutions ethniques et religieuses. La majorité de ces immigrants était des Juifs d'Europe de l'Est. Ces Juifs vivant au sein de l'Empire russe – qui couvrait à l'époque de grandes parties de l'Europe de l'Est comme l'Ukraine, la Biélorussie, les pays baltes et des parties de la Pologne d'aujourd'hui – avaient été victimes de répressions, de discriminations et de persécutions. À partir des années 1880, ces persécutions aboutirent à de violents pogroms au cours desquels les ghettos et les villages juifs furent détruits et des milliers de Juifs, assassinés. Cela entraîna une migration de masse, avec les États-Unis comme principale destination. Entre 1880 et le début des années 1920, de 2 à 3 millions de Juifs arrivèrent aux États-Unis.
Étant donné que les frontières changeaient régulièrement en fonction des résultats des guerres et des conflits, les estimations de l'émigration d'Europe de l'Est varient fortement. Les populations pouvaient être réparties sur plusieurs États, ce qui fut le cas de centaines de milliers d'émigrants polonais qui partirent pour les États-Unis. On estime qu'environ 4 millions d'émigrants de l'un ou de l'autre des grands Empires de l'Europe de l'Est – l'Autriche-Hongrie – quittèrent leur patrie à la recherche d'un futur meilleur de l'autre côté de l'Atlantique.

 

Climbing into America, Ellis Island, 1905, Hine, Lewis Wickes, NYPL Digital Gallery, Public Domain Mark
Climbing into America, Ellis Island, 1905, Hine, Lewis Wickes, NYPL Digital Gallery, Public Domain Mark
Poëzieplaatje (Poetry Image), Joods Historisch Museum, Amsterdam inv. nr. 01876, 1909, In Copyright
Poëzieplaatje (Poetry Image), Joods Historisch Museum, Amsterdam inv. nr. 01876, 1909, In Copyright
 Emigrants [sur Ellis Island], une famille de hongrois. (Emigrants [at Ellis Island], an Hungarian family), Agence Rol. Agence photographique, Référence bibliographique : Rol, 35157 1913, Public Domain Mark
Emigrants [sur Ellis Island], une famille de hongrois. (Emigrants [at Ellis Island], an Hungarian family), Agence Rol. Agence photographique, Référence bibliographique : Rol, 35157 1913, Public Domain Mark
Bicycle club, Wilno, Minnesota, A men's bicycle club on the Anton Mazarek farm in Wilno, Minnesota, 1908. L to R: Sylvester Mazarek; Joseph Bukowski; Anton Otto; Joseph Lasnetski; John Guza; Vincent Panek; William Guza; Michael Guza; Adam Guza; Stanley Lasnetski; Harry Mazarek; Anton Mazarek; Andrew Mazarek. Several of the young men belonged to St. John Cantius Church, 1908, In Copyright
Bicycle club, Wilno, Minnesota, A men's bicycle club on the Anton Mazarek farm in Wilno, Minnesota, 1908. L to R: Sylvester Mazarek; Joseph Bukowski; Anton Otto; Joseph Lasnetski; John Guza; Vincent Panek; William Guza; Michael Guza; Adam Guza; Stanley Lasnetski; Harry Mazarek; Anton Mazarek; Andrew Mazarek. Several of the young men belonged to St. John Cantius Church, 1908, In Copyright

Europe méridionale

Les émigrants de l'Europe méridionale vinrent de la Péninsule ibérique, des îles grecques et des pays des Balkans. Le plus grand nombre d'émigrants vint cependant d'Italie. Les premiers Italiens qui arrivèrent au 19e siècle, étaient principalement originaires des régions du nord. Après l'unification du sud et du nord de l'Italie en 1861, les chiffres de l'immigration augmentèrent lentement. La migration de masse commença cependant assez tard: avant 1880, il n'y avait pratiquement pas de communautés italiennes en Amérique. Mais la crise économique incita de plus en plus d'émigrants italiens, issus principalement du sud rural, à rejoindre les États-Unis. Des millions d'Italiens arrivèrent en quelques décennies, la majorité d'entre eux effectuant le voyage entre 1900 et 1914. Cette migration de masse fut seulement interrompue par le début de la Première Guerre mondiale. A cette époque, près de 4 millions d'Italiens avaient quitté leur pays et fait de l'Amérique leur nouvelle patrie. La plupart d'entre eux étaient concentrés dans les zones urbaines du nord-est des États-Unis, formant les célèbres communautés de « Little Italy » dans des villes comme New York, Baltimore et Philadelphie.

Emigrants [sur Ellis Island], deux gosses d'Italie. (Emigrants [at Ellis Island], two Italian kids), Agence Rol. Agence photographique, Référence bibliographique : Rol, 35148 1913, Public Domain Mark
Emigrants [sur Ellis Island], deux gosses d'Italie. (Emigrants [at Ellis Island], two Italian kids), Agence Rol. Agence photographique, Référence bibliographique : Rol, 35148 1913, Public Domain Mark
Shoe shine parlor, Two young men at the Athena Shoe Shine Parlor, New Haven, Connecticut., circa 1911, In Copyright
Shoe shine parlor, Two young men at the Athena Shoe Shine Parlor, New Haven, Connecticut., circa 1911, In Copyright

Scandinavie

Des millions d'émigrants quittèrent la Scandinavie proprement dite depuis les régions septentrionales du continent européen, avant de changer de bateau en Angleterre et de traverser l'Atlantique. Attirée par les perspectives économiques des États-Unis, la migration finnoise prit réellement son essor dans la deuxième moitié du 19e siècle. Au tournant du siècle, un autre événement entraîna un pic d'immigration. Les Finnois furent l'objet d'une répression et d'une discrimination à la suite d'une « russification » acharnée. Celle-ci leur était imposée par le Tsar de Russie qui désirait convertir les confins de l'Empire à la culture russe. Aussi, lorsque des récits positifs des premiers émigrants leur parvinrent d'Amérique, de nombreux Finnois cédèrent à l'appel et émigrèrent vers un pays où il était plus facile de perpétuer leur propre culture que chez eux.
Une chose similaire se produisit au Danemark après 1864, lorsque la Prusse envahit près d'un quart du territoire danois et mit en œuvre des lois qui visaient à détruire la culture danoise. La plupart des gens émigrèrent cependant dans l'espoir de devenir plus prospères. Les Norvégiens et surtout les Suédois constituèrent la plupart des émigrants scandinaves. La migration connut une forte progression après les années 1860. De plus en plus de Norvégiens et de Suédois furent attirés par les terres agricoles bon marché dans les nouveaux États et territoires d'Amérique, ce qui se traduisit par une forte concentration d'immigrants scandinaves dans le Haut-Midwest.

Portrait, island Hjellan - Portrett, Øya Hjellan 0, Norsk Kulturråd, FylkesFOTOarkivet i Møre og Romsdal, In Copyright
Portrait, island Hjellan - Portrett, Øya Hjellan 0, Norsk Kulturråd, FylkesFOTOarkivet i Møre og Romsdal, In Copyright
Finnish worker's hall, Circa 1912, Immigration History Research Center Archives (IHRC Archives) , In Copyright
Finnish worker's hall, Circa 1912, Immigration History Research Center Archives (IHRC Archives) , In Copyright
Immigrant party of Swedes, Worcester & Pierce, 1851, Boston NYPL Digital Galery, Public Domain Mark
Immigrant party of Swedes, Worcester & Pierce, 1851, Boston NYPL Digital Galery, Public Domain Mark
Minnesota as a Home for Emigrants - Minnesota som Hjem for Emigranter, Norsk Kulturråd Hefte med kartong-permer.  Teknikk: trykket, sydd, skåret  Booklet with carton-binders.  Technique: pressure, sewn, cut 1865, Hadeland Folkemuseum , CC BY-NC-SA
Minnesota as a Home for Emigrants - Minnesota som Hjem for Emigranter, Norsk Kulturråd Hefte med kartong-permer. Teknikk: trykket, sydd, skåret Booklet with carton-binders. Technique: pressure, sewn, cut 1865, Hadeland Folkemuseum , CC BY-NC-SA