Italian draft evaders sent back 1896, New York, Illustrated American, NYPL Digital Gallery, Public Domain Mark

Introduction

Vers le milieu des années 1840, un sentiment anti-immigrants, principalement dirigé contre les catholiques irlandais, se développa dans les zones urbaines de la côte est. De 1880 à 1921, les immigrants furent confrontés à une montée du nativisme – la volonté de protéger les intérêts des natifs d'Amérique ou des habitants établis dans le pays au détriment de ceux des immigrants – de la part des Anglo-saxons indigènes et des premières populations d'immigrants de l'Europe du Nord et de l'Ouest. Le nombre et la diversité des immigrants effrayaient les Américains. Les Américains pour la plupart protestants se méfiaient des nouveaux arrivants qui étaient majoritairement des catholiques (d'Irlande, d'Italie, de Pologne et de Grèce) et des Juifs (d'Allemagne, de Russie, de Pologne et de Hongrie). Les Américains estimaient aussi que les immigrants, qui n'étaient pas habitués à la démocratie et qui se méfiaient de cette nouvelle forme de gouvernement, représentaient une menace pour le gouvernement américain. Et l'apparence physique des immigrants sous-alimentés dans la tenue de leur pays était étrange voire effrayante aux yeux des Américains. 

Les nativistes cherchèrent activement à éliminer la menace que représentaient pour eux les immigrants qu'ils accusaient d'être responsables des maux économiques et sociaux des zones urbaines. Certains nativistes écrivirent des livres anti-immigrants, d'autres s'engagèrent dans des actions violentes contre des immigrants briseurs de grève, d'autres encore firent pression sur les membres du Congrès et des corps législatifs des États fédérés pour qu'ils adoptent une loi contre les immigrants.

Organisations nativistes

Les nativistes créèrent des organisations qui cherchaient à traiter le « problème de l'immigration » et à préserver les valeurs et les institutions américaines. Fondée en 1887, l' « American Protective Association » cherchait à déjouer les prétendues conspirations catholiques et organisait des boycotts de marchands catholiques. L' « Immigration Restriction League » fut fondée à Boston, au Massachusetts, en 1894 pour limiter l'immigration au moyen d'un test d'alphabétisation qui obligeait les immigrants âgés de plus de 16 ans à savoir lire et écrire dans n'importe quelle langue. Ce test fut finalement adopté en 1917. Par ailleurs, le tristement célèbre Ku Klux Klan, qui bénéficia d'un nouvel élan en 1915, voyait les catholiques et les Juifs en particulier comme une menace pour le mode de vie américain. Vêtus de longues robes blanches et de cagoules qui masquaient leur identité, les membres du « Klan » brûlaient des croix et commettaient des actes de violence contre les personnes qui aidaient des immigrants.

Around the Piano, Francis E. Clark, Agencies promoting assimilation of the immigrant, imparting American standards to the foreign born., Harvard Art Museums/Fogg Museum, Transfer from the Carpenter Center for the Visual Arts, Social Museum Collection, Public Domain Mark
Around the Piano, Francis E. Clark, Agencies promoting assimilation of the immigrant, imparting American standards to the foreign born., Harvard Art Museums/Fogg Museum, Transfer from the Carpenter Center for the Visual Arts, Social Museum Collection, Public Domain Mark

Socialisme et anarchie

Bien que basées en premier lieu sur la race et la religion, les activités anti-immigration des nativistes furent également motivées par des facteurs politiques. Le nombre relativement faible d'immigrants socialistes ou anarchistes renforçait les craintes des nativistes qui étaient persuadés que les immigrants voulaient peser sur le mode de vie américain au moyen de leurs propres idéologies. C'est ainsi par exemple que le « Haymarket Riot » (1886), au cours desquelles une bombe tua six policiers de Chicago, attira l'attention sur le radicalisme de certains immigrants. Ces émeutes éclatèrent à l'issue d'une manifestation en faveur d'une journée de travail de huit heures, organisée par des dirigeants syndicaux et des agitateurs anarchistes. Mais la plupart des immigrants n'avaient aucune intention de renverser la démocratie américaine ; ils désiraient s'acclimater à leur nouvelle patrie. En outre, de nombreux immigrants étaient opposés au socialisme qui préconisait la limite de l'immigration pour empêcher la baisse des salaires en Amérique.

The anarchist riot in Chicago : A dynamite bomb exploding among the police, Thulstrup, Thure de, Harper's magazine, 1907, New York ,  NYPL Digital Gallery, Public Domain Mark
The anarchist riot in Chicago : A dynamite bomb exploding among the police, Thulstrup, Thure de, Harper's magazine, 1907, New York , NYPL Digital Gallery, Public Domain Mark
The Comrade, W. Crane Posters : arranged by artists. 1902, NYPL Digital Gallery, Public Domain Mark
The Comrade, W. Crane Posters : arranged by artists. 1902, NYPL Digital Gallery, Public Domain Mark

Exclusion des prostituées, criminels, illettrés, anarchistes et débiles mentaux

En 1875, la législation interdit aux prostituées et aux criminels de pénétrer sur le sol américain. À partir de 1896, des législateurs déposèrent des projets de loi pour empêcher que les illettrés ne puissent entrer aux États-Unis. Ces projets de loi furent adoptés à plusieurs reprises par le Congrès mais le Président y opposa son véto. En 1917, à la veille de l'entrée de l'Amérique dans la Première Guerre mondiale, le Congrès adopta un projet de loi sur l’analphabétisme auquel le Président Woodrow Wilson s'opposa, mais le Congrès annula son véto. En réponse à l'assassinat du Président William McKinley par un anarchiste, le Congrès fit voter une loi interdisant l'entrée du territoire aux anarchistes en 1903. Quatre ans plus tard, en 1907, cette interdiction s'étendit aux personnes dont les déficiences physiques ou mentales les empêchaient de gagner leur vie.

Detained Women, J. H. Adams, American (active 1900s) , Harvard Art Museums/Fogg Museum, Transfer from the Carpenter Center for the Visual Arts, Social Museum Collection, Public Domain Mark
Detained Women, J. H. Adams, American (active 1900s) , Harvard Art Museums/Fogg Museum, Transfer from the Carpenter Center for the Visual Arts, Social Museum Collection, Public Domain Mark

Législation fédérale

La fin de la Première Guerre mondiale en novembre 1918 marqua un tournant dans la politique d'ouverture de l'Amérique à l'égard des immigrants. La guerre avait accentué le manque de compassion des Américains envers les étrangers et alimenté le mouvement de limitation de l'immigration qui craignait que les immigrants n'envahissent les États-Unis. En 1919, une explosion de violence anarchiste à laquelle furent associés des immigrants, contribua à retourner l'opinion publique contre les immigrants. Bien que plusieurs législations anti-immigrants aient déjà été promulguées auparavant, l' « Emergency Quota Act » (la loi des quotas) de 1921 fut la première à restreindre l'immigration par pays et selon une formule. La loi limitait le nombre d'immigrants originaires d'Europe à 3% du nombre de personnes de chaque pays, conformément au Recensement américain de 1910. Bien que devant être temporaire, cette loi resta en vigueur jusqu'à l'adoption du « Johnson-Reed Act of 1924 » (la loi Johnson-Reed de 1924) qui limita encore l'émigration d'Europe et mit fin à l'ouverture de l'Amérique aux immigrants européens. Ces lois furent promulguées pour empêcher l'entrée des immigrants les moins désirables de l'Europe du Sud et de l'Est et touchèrent principalement les Italiens et les Juifs.

Diagram showing European immigration between 1885 and 1902, Norris Peters Co. 1902, Harvard Art Museums/Fogg Museum, Transfer from the Carpenter Center for the Visual Arts, Social Museum Collection, 3.2002.3534.2, In Copyright
Diagram showing European immigration between 1885 and 1902, Norris Peters Co. 1902, Harvard Art Museums/Fogg Museum, Transfer from the Carpenter Center for the Visual Arts, Social Museum Collection, 3.2002.3534.2, In Copyright