Le quatrième salon annuel de la Libre Esthétique, 1897, Theo van Rysselberghe, Bibliothèque municipale de Lyon, Public Domain Mark

Introduction

Le terme Art Nouveau fût imprimé pour la première fois en 1884, année qui marqua la mise en place du premier système de métro du monde par les londoniens, et la présentation d’un moteur automobile à combustion interne par Daimler et Benz à Allemagne. L’Art Nouveau, souvent associé au luxe, fût rapidement visible à travers toute l'Europe. Il apparaissait partout, sur les bâtiments, dans les salons de thé, et sur les objets de tous les domaines et de tous les types, que ce soit de la mode à l’aménagement, en passant par les livres et les journaux.

Mode

Au répertoire de ce qui était produit par la Wiener Werkstätte de Vienne se trouvaient les textiles. Pour le magasin de vêtements de son amie Emilie Flöge, l'artiste Gustav Klimt (1862-1918) créa des tissus et élabora des costumes. On retrouvait un style plus relâché parmi ses créations, révolutionnant la robe, et reflétant ainsi la tendance du changement qui s'opérait alors. Ceci encourageait les fabricants et les créateurs à développer et produire des modèles moins stricts et plus légers. Après 1900, la mode féminine vît apparaître un nouveau style de corset, avec une silhouette en S. On portait des tissus doux transparents, et des lignes ondulantes, dans des tons modernes. Des lignes de vêtements de sport, de plage ainsi que des vêtements pour pratiquer le vélo commencèrent à apparaître sur le marché. Les talons des chaussures étaient décorés de motifs de l'Art Nouveau et des détails stylisés. Partout en Europe, de nombreux magazines de mode mettaient en avant toutes ces nouvelles tendances.

Emilie Flöge in einem von Gustav Klimt entworfenen Kleid, 1909, Atelier Madame D'Ora , Österreichische Nationalbibliothek, Austria, Public Domain Mark
Emilie Flöge in einem von Gustav Klimt entworfenen Kleid, 1909, Atelier Madame D'Ora , Österreichische Nationalbibliothek, Austria, Public Domain Mark
Le quatrième salon annuel de la Libre Esthétique, 1897, Theo van Rysselberghe, Bibliothèque municipale de Lyon, Public Domain Mark
Le quatrième salon annuel de la Libre Esthétique, 1897, Theo van Rysselberghe, Bibliothèque municipale de Lyon, Public Domain Mark

Codes stylistiques

Les codes et approches conceptuelles de création auxquels les artistes et architectes se référaient provenaient d’un large panel de ressources. Guimard et Horta ont, par exemple, cité les idées d'Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc préconisant l'utilisation de nouveaux matériaux tels que le verre ou le fer, ainsi qu’une invitation à rompre avec les modes qui avaient cours jusqu’alors Dans son ouvrage Grammaire de l’Ornement (1856) Owen Jones décrivit des styles décoratifs du monde entier et proposa de s’inspirer de la nature. Des groupes tels que le Weiner Werkstätte furent à l’origine d’une production commerciale des motifs de l’Art Nouveau, ce qui permit aux artistes de signer leur travail. En Allemagne, la Wurttembergische Metallwaren Fabrik produisit à grande échelle des objets métalliques de style Art Nouveau et Jugendstil, mettant ainsi sur le marché une large gamme d’objets du quotidien, disponibles dans les nouveaux styles.

The Grammar of Ornament, 1868, Owen Jones, University of the Arts London, Central Saint Martins Museum and Study Collection, Public Domain Mark
The Grammar of Ornament, 1868, Owen Jones, University of the Arts London, Central Saint Martins Museum and Study Collection, Public Domain Mark

Luxe

Le style de l’époque était visible dans les lieux de luxe. Les grands magasins et les galeries marchandes, qui, au milieu du 19ème siècle, avaient transformé la façon d’acheter en particulier pour les femmes, étaient concernés. Les navires de croisière aussi. Ce fût notamment le cas pour de nombreux bâteaux construits à Clydebank par John Brown & Company, dont le RMS Lusitania appartenant à la Cunard Line. La décoration intérieure de la salle de lecture du navire de ligne allemand SS George Washington, créée par Bruno Paul, suivait également le style Art Nouveau. Les établissements de cure thermale étaient des lieux de villégiature à la mode. Vichy, rendu populaire par Napoléon III, connut une deuxième vague de croissance au début du 20ème siècle, marquée par l’achèvement de l'opéra en 1903. Les complexes de la station thermale, offrant des intérieurs de style Art Nouveau, constituaient la toile de fond parfaite pour un séjour reposant.

Interior view of the Ladies Tea Room of The Grosvenor, H Bedford Lemere, English Heritage - Viewfinder, In Copyright
Interior view of the Ladies Tea Room of The Grosvenor, H Bedford Lemere, English Heritage - Viewfinder, In Copyright
Skål, På lokket sitter John Brown, Maihaugen, In Copyright
Skål, På lokket sitter John Brown, Maihaugen, In Copyright
Allier- 476 Vichy- Interieur de l'etablissement thermal - salle de bain de luxe, M T I L (printer); C C C & C, Ministère de la culture et de la communication, Musées de France, In Copyright
Allier- 476 Vichy- Interieur de l'etablissement thermal - salle de bain de luxe, M T I L (printer); C C C & C, Ministère de la culture et de la communication, Musées de France, In Copyright