Expositions

Le son des tranchées

Se divertir en musique pendant la guerre

La musique permettait d’éviter l’ennui dans les tranchées, à l’arrière ou même dans les camps de prisonniers de guerre. Près du front, des groupes de divertissement spécialement commandés se déplaçaient à travers les lignes militaires. Il y avait également des activités musicales spontanées, telles que des réunions de chant et des concerts improvisés en plein air ou dans des tentes ou des abris. Compte tenu des conditions difficiles, la capacité des soldats à produire de tels événements créatifs est remarquable.

Comme on craignait que les soldats mobilisés ne s’ennuient rapidement, le gouvernement néerlandais a décidé d’élaborer un nouveau recueil de chants militaires. La « Commission centrale pour le développement et la détente des forces mobilisées » était chargée de sélectionner des chansons appropriées, tant nouvelles qu’anciennes. Le volume de 1915 contient des chansons qui évoquent principalement la solidarité et l’amour pour la nation. Les soldats étaient obligés de participer à des cours de chant.

Beaucoup de musiciens professionnels, tant interprètes que compositeurs, étaient actifs pendant la guerre On sait que le compositeur allemand Paul Hindemith, alors qu’il était en poste au front en Belgique, a interprété le Quatuor à cordes de Debussy et que le compositeur français Maurice Ravel a joué du piano pour divertir les soldats en convalescence dans les hôpitaux militaires. Tous deux ont survécu à la guerre, mais d’autres n’ont pas eu cette chance. Nous ne saurons jamais combien de talents et de carrières musicales ont pris fin prématurément sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale.

André Devaere (1890-1914), jeune et talentueux pianiste et compositeur, naît à Courtrai, en Belgique. Il étudie au Conservatoire royal de Bruxelles avec un élève de Franz Liszt, Arthur De Greef, qui était également un ami d’Edvard Grieg. André Devaere remporte plusieurs prix et est invité à jouer de nombreux concerts. Son rêve est de concourir avec d’autres jeunes musiciens talentueux, par exemple au « Prix de Rome » et au concours Rubinstein à Vienne en 1915. Il compose également des morceaux pour piano et orgue et compose plusieurs chansons basées sur des textes de poètes français. La Première Guerre mondiale vient malheureusement contrecarrer ses plans et le destin le rattrape. André Devaere est enrôlé dans l’armée belge. Dès le 10 novembre 1914, il est mortellement blessé aux poumons près de St. Joris-aan-de-Ijzer, au sud de Nieuwpoort, en Belgique. À seulement 24 ans, il succombe à ses blessures au petit matin du 14 novembre.

Pendant la plus grande partie de son service en temps de guerre, le soldat professionnel allemand August Däne (1880-1920) est stationné près de Bruxelles. Sa fonction de Kapellmeister lui permet de rester derrière les lignes de front, où il joue pour les soldats allemands blessés.