Expositions

Collections de Livres Royaux

Rois aragonais de Naples

Introduction

La bibliothèque royale constituée par les rois aragonais de Naples d’Alphonse V à Frédéric III offre un formidable exemple parmi les collections royales assemblées au XVe siècle. Peu après son entrée dans Naples en 1443, Alphonse V organise sa bibliothèque au château de Castel Nuovo. Elle sera constituée de commandes royales variées à des artistes réputés, copistes et enlumineurs, dans un premier temps catalans puis progressivement italiens.
Les collections de cette bibliothèque furent dispersées après 1495. Le roi Frédéric III, lors de son exil en France, en vendit une partie au cardinal Georges d’Amboise. Le duc de Calabre, fils du roi, parvint néanmoins à conserver une part conséquente des manuscrits qu’il ramena à Valence pour reconstituer la bibliothèque. Le roi de France Charles VIII, lors de sa conquête éphémère du royaume de Naples, s’appropria finalement une autre part des collections.

Le livre d’Heures de Frédéric d’Aragon

Ce livre d’Heures a été fait pour Frédéric d’Aragon, ancien roi de Naples, qui avait été contraint de fuir le royaume après l’arrivée des troupes françaises en 1495. Il vécut ses dernières années à Plessis-les-Tours, de la fin de l’année 1501 jusqu’à sa mort en novembre 1504. Trois artistes ont collaboré au décor de ce somptueux manuscrit. L’italien Giovanni Todeschino qui avait suivi le roi de France au cours de l’hiver 1501 et du printemps 1502, a conçu ici un programme iconographique parfaitement italianisant, et a enluminé lui-même quelques-unes des bordures et des frontispices. Le célèbre enlumineur français Jean Bourdichon, qui réalisa plus tard les Grandes Heures d’Anne de Bretagne, a enluminé ici, de manière indépendante, certaines scènes figurativesqui ont été ensuite collées sur les feuillets et finement intégrées au décor.

Le Bréviaire Martin d’Aragon

Le bréviaire de Martin d’Aragon est l’un des manuscrits les plus richement enluminés provenant de la bibliothèque des rois aragonais. Il a été fait en Catalogne entre 1398 et 1410 pour le roi Martin d’Aragon, dernier roi de la branche catalane de la famille. Le manuscrit passa ensuite aux mains d’Alphonse V le Magnanime qui le fit compléter et enrichir autour des années 1420-1430. Il s’agit là d’une pièce majeure de l’enluminure catalane, chaque page du bréviaire est décorée de bordures végétales, parfois ornées d’animaux ou de chimères. Le manuscrit contient en outre cinq peintures en pleine page, vingt-quatre enluminures en demi pages et soixante-huit petites miniatures. Les dernières miniatures, figurant des sujets religieux, introduisent chaque séquence du texte.

Johannes Tinctoris, Opus musices

Cet ouvrage a été écrit à Naples autour de 1483. Il s’agit d’une œuvre musicale de Johannes Tinctoris, auteur prolifique considéré comme l’un des théoriciens de la musique les plus remarquables de son temps. Lors de son séjour à Naples, il élabora une douzaine de traités, écrits entre 1472 et 1487, dont seulement quelques copies du XVe siècles ont été conservées. Ce manuscrit contient neuf de ces douze traités du Tinctoris : il s’agit là d’une des copies les plus complètes. Le manuscrit commence et s’achève par deux poèmes élogieux écrit par un moine, Fortunato da Ferrara, en l’honneur de Tinctoris. Sont inclus également des parties dédicacées au roi de Naples Ferdinand et à la princesse Beatrice dont Johannes Tinctoris fut le tuteur. L’enluminure de ce manuscrit est particulièrement représentative du travail de l’artiste Nardo Rapicano.