Expositions

Histoires de pionnières

Maria Sibylla Merian

Maria Sibylla Merian naît à Francfort en 1647 et grandit dans une famille d’artistes. Son père, Matthäus Merian l’ancien, était un célèbre graveur et éditeur suisse, connu dans toute l’Europe pour ses représentations de villes et de paysages, et ses éditions illustrées de Grands Voyages (récits de voyages vers le Nouveau Monde).

Après la mort de son père quand elle n’a que trois ans, sa mère épouse Jacob Marrel, peintre et graveur comme ses nouveaux demi-frères, Mathias le Jeune et Caspar Merian. Maria Sibylla commence à dessiner et à peindre dès son plus jeune âge, guidée par Jacob Marrel.

Bien que douée, les perspectives de Maria Sibylla Merian, en tant que femme, sont limitées par les conventions de son époque : par exemple, les femmes n’étaient pas autorisées à étudier et à dessiner le nu, ni à faire des études à l’étranger dans des ateliers d’artistes.

Au XVIIe siècle, Francfort est un lieu majeur du commerce de la soie, et il semble probable que cela ait influencé l’intérêt précoce de Maria Sibylla Merian pour les insectes. Son journal d’études indique que c’est à l’âge de 13 ans qu’elle commence à élever, observer et dessiner des vers à soie et d’autres insectes, et qu’elle développe son intérêt particulier pour la métamorphose.

À l’âge de 18 ans, elle épouse Johann Andreas Graff, graveur et peintre dans l’atelier Merian. Le couple finit par s’installer et fonde une famille à Nuremberg, où Maria donne des cours de dessin aux filles célibataires de familles fortunées. Cela lui donne accès aux beaux jardins des élites de la ville, où elle peut observer les plantes et les insectes au plus près. À cette époque, le naturalisme était surtout l’apanage des hommes amateurs.

J’ai passé mon temps à enquêter sur les insectes. Au début, j’ai commencé avec des vers à soie dans ma ville natale de Francfort. J’ai réalisé que d’autres chenilles produisaient de beaux papillons ou des papillons de nuit, et que les vers à soie faisaient de même. Cela m’a amené à rassembler toutes les chenilles que j’ai pu trouver afin d’observer leur métamorphose.

Maria Sibylla Merian

En 1679 et 1683, Maria Sibylla Merian publie deux volumes d’études sur les chenilles intitulés Der Raupen wunderbare Verwandelung und sonderbare Blumennahrung (La merveilleuse transformation des chenilles et leur étrange régime de fleurs). Chaque volume contient cinquante gravures, dont certaines sur cuivre, décrivant le remarquable cycle de vie des insectes qu’elle a observés pendant plusieurs années, en particulier des larves, des papillons et des papillons de nuit.

Après la mort de Jacob Marrel, Maria Sibylla Merian et son mari retournent à Francfort. Dans cette ville, fatiguée des disputes familiales sur l’héritage et des problèmes conjugaux, elle quitte la foi luthérienne (et son mari) pour rejoindre une communauté de labadistes, avec sa mère et ses deux filles, au château de Waltha, en Frise.

Dans les marais de Frise, Maria Sibylla Merian commence à étudier la naissance et le développement des grenouilles, à les collectionner et à les disséquer. Malgré la philosophie labadiste de piété et de détachement des choses du monde, Maria poursuit ses études sur les insectes pendant environ cinq ans. Après la mort de sa mère en 1690, Maria Sibylla Merian et sa fille quittent les restrictions de la communauté pour Amsterdam, où la prospérité était bien plus grande et où une femme avait la possibilité de laisser son empreinte. Peu de temps après, Maria et son mari divorcent.

À Amsterdam, ville cosmopolite, Maria et ses filles sont accueillies dans un cercle de naturalistes, de graveurs-collectionneurs et de graveurs. Elle est employée par le jardin botanique d’Amsterdam pour y peindre des aquarelles.

La peintre de natures mortes Rachel Ruysch (1664-1750) était son élève, ce qui lui a permis de poursuivre une longue et fructueuse carrière. Comme Maria, Rachel Ruysch était renommée pour sa précision scientifique et son souci du détail.

En 1699, la ville d’Amsterdam invite Maria Sibylla Merian à se rendre dans la colonie de plantation néerlandaise du Suriname, en Amérique du Sud. La colonie exploitait la main-d’œuvre esclave, principalement fournie par la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales à partir de ses postes de traite d’Afrique occidentale, pour produire du sucre, du coton et de l’indigo destinés à l’exportation.

Bien que Maria Sibylla Merian ait étudié des spécimens d’insectes exotiques dans les cabinets de curiosités des collectionneurs d’Amsterdam, l’opportunité de rechercher et d’étudier elle-même les insectes au Suriname était irrésistible.

En Hollande, avec beaucoup d’étonnement, de très beaux animaux sont venus des Indes orientales et occidentales. J’ai eu la chance de pouvoir observer... de coûteuses collections. J’avais trouvé d’innombrables autres insectes, mais comme leur origine et leur reproduction sont inconnues, on peut se demander comment ils se transforment, à partir des chenilles et des chrysalides, etc. Tout cela m’a, en même temps, amené à entreprendre un voyage au Suriname dont je rêvais depuis longtemps.

Maria Sibylla Merian

Le voyage n’étant que partiellement financé par la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, Maria Sibylla Merian doit vendre de nombreux biens précieux pour combler le manque à gagner. Comme le fait remarquer Natalie Zemon Davis, non seulement ce voyage était inhabituel pour une femme de sa situation, mais il était inédit pour tout naturaliste européen de s’aventurer dans ce genre d’expédition financée et organisée de manière indépendante.

Maria et sa fille cadette Dorothea s’installent à Paramaribo. Dans son propre jardin, dans les forêts voisines et dans les plantations le long du fleuve Suriname, elle recueille, élève et recherche une multitude d’insectes indigènes. Elle documente également les noms locaux et les usages faits des plantes. Maria Sibylla Merian critique ensuite l’attitude des marchands coloniaux, déclarant qu’ « ils n’ont aucun désir d’enquêter sur quoi que ce soit... En effet, ils se sont moqués de moi parce que je cherchais autre chose que du sucre dans le pays. » Infectées par le paludisme en 1701, elle et sa fille sont contraintes de rentrer aux Pays-Bas.

Quatre ans plus tard, les études de Maria Sibylla Merian sur le Suriname aboutissent à la publication de Metamorphosis insectorum surinamensium (La métamorphose des insectes du Suriname). Ses soixante illustrations sont axées sur les processus et la transformation de la vie des insectes (tout comme ses précédentes publications). Le livre est publié à Amsterdam sous forme d’édition folio, en néerlandais et en latin. Contrairement à beaucoup de ses contemporains, Maria Sibylla Merian attribue le mérite de leurs efforts à ses serviteurs surinamiens.

Avant 1700, peu d’images en couleur du Nouveau Monde sont disponibles. La précision et le détail des illustrations de Maria Sibylla Merian dans Metamorphosis ont grandement contribué au domaine de l’entomologie.

Toutes les chenilles et tous les papillons y sont représentés sur leur plante nourricière. Les papillons sont dessinés en taille réelle et chaque planche est accompagnée d’une description scientifique. Metamorphosis a établi Maria Merian comme une figure reconnue dans son domaine.

En 1715, elle est victime d’une attaque qui la paralyse en partie. Elle poursuit son travail à Amsterdam jusqu’à sa mort le 13 janvier 1717. Sa fille Dorothea a publié à titre posthume Erucarum Ortus Alimentum et Paradoxa Metamorphosis, un recueil des œuvres de sa mère.

Découvrez le travail de Maria Sibylla Merian sur Europeana.