C’était il y a 30 ans

La chute du Mur de Berlin

Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1989, la chute du Mur de Berlin symbolise pour le monde entier la fin d’une époque. Pour les Allemands, c’est la très longue période d’après-guerre qui s’achève. Après vingt-huit années de séparation forcée, familles et amis se retrouvent enfin. Même si la soudaineté de l’événement prend tout le monde de court, cela fait déjà plusieurs mois que les citoyens de la RDA manifestent dans les rues pour réclamer des changements politiques et économiques. Opposé aux réformes de glasnost et de perestroïka lancées depuis quelques années en Union soviétique et incapable de freiner le nouvel exode de sa population vers l’Ouest, le gouvernement est-allemand ne tient déjà plus qu’à un fil.

Le 9 novembre, en début de soirée, le porte-parole du régime surprend les journalistes en déclarant de façon confuse que les citoyens de la RDA peuvent désormais quitter le pays par n’importe quel poste-frontière et sans autorisation particulière. Aussitôt relayée par les médias occidentaux, cette annonce provoque un effet immédiat : des milliers de citoyens de Berlin-Est se pressent aux postes-frontières. Débordés et dépourvus d’instructions claires, les gardes-frontières lèvent les barrières. Pour la première fois depuis près de trente ans, les Berlinois de l’Est peuvent se rendre librement de l’autre côté du mur. Le Rideau de fer s’effondre ; l’Histoire est en marche.