Title

Deux semaines de guerre, une vie à boiter, un talent mécanique.

Two weeks of war, a life long of limping

Description

    • Photo de Victor Moulin face à un pressoir à pommes, jeune. Certificat de rééducation Agricole. Photo de la première moissoneuse de la région faite par Victor Moulin en modifiant un vieux camion renault et en y ajoutant une coupe. Photo de Victor Moulin avec son uniforme du 85ème RI.
    • Le 28 Mai 1917, journée durant laquelle Victor MOULIN fut blessé, le 416° régiment d’infanterie était au repos. Voilà le résumé des événements précédents ce jour. A partir du 8 Mai, le régiment est appelé à prendre part à l’attaque du Chemin des Dames : il séjourne au camp de Blanc-Sablon avant de monter dans le secteur de Craonne. L'ennemi lance de violentes attaques pour reprendre les plateaux de Californie et de Vauclerc (voir annexes). Le régiment est relevé dans la nuit du 19 au 20 mai. Il a subi de grosses pertes. La violence des bombardements et la fréquence des attaques ennemies ont fait des deux plateaux un des secteurs les plus rudes. Le ravitaillement a été difficile : les hommes ont beaucoup souffert de la soif sur ces plateaux arides et constamment bouleversés. De plus, les abris allemands occupés sont infestés de vermine. Les « poux » boches ne sont pas de moindres ennemis ; les hommes les craignent autant si ce n'est plus que les obus allemands. C’est au cours de la période de repos au camp de Blanc-Sablon que Victor MOULIN est blessé : selon les faits relatés pas ces enfants (René MOULIN, né en 1929 et Yvette MOULIN née en 1930), il descendait dans une cave avec plusieurs camarades lorsqu’un obus vint exploser dans l’entrée de l’escalier. C’est un éclat qui ricocha pour le heurter à l’arrière du genou droit. C’est la fin de la Guerre pour lui. D'après le journal des opérations, deux autres camarades furent blessés le même jour. Quand à lui, il rejoint un centre de rééducation agricole dans un monastère aux alentours de Sisteron dont il obtient un diplôme mention assez bien le 22 Février 1918 a Montpellier (voir ci-dessous). Puis ses affectations se limiteront à l’artillerie et la défense aérienne jusqu'à sa démobilisation le 22 Septembre 1919. Vers 1938, juste avant la deuxième guerre, il fabriquera la première moissoneuse de la région en modifiant un vieux camion renault et en y ajoutant une coupe (voir photo). Extrait des registres matricule, Classe 1916. Numéro matricule de recrutement 2160, subdivision de Riom, Classe 1916. État civil : Né le 16 février 1896 à Effiat, canton d’Aigueperse, département du Puy-de-Dôme, résidant à Effiat, canton d’Aigueperse, département du Puy-de-Dôme, profession de charretier, chauffeur auto, distillateur, cultivateur. Fils de Jacques et de Marie LOURDIN, domiciliés a Effiat, canton d’Aigueperse, département du Puy-de-Dôme. Signalement : Cheveux châtain foncé, Yeux bleu prunâtre, Front moyen, Nez rectiligne. Taille : 1 mètre 64 centimètres. Décision du conseil de révision et motifs. Inscrit sous le n° 66 de la liste du Canton d’Aigueperse, Classé dans la 5° partie de la liste en 1915, Classé dans la 1° partie de la liste en 1916. Détail des services et mutations diverses. Incorporé à compter du 26 Août 1916. Arrivé au corps le 27 Août 1916. Soldat de 2° classe le dit jour. Passé au 85° régiment d’infanterie le 24 Janvier 1917. Passé au 416° régiment d’infanterie le 29 Janvier 1917. Inapte à l’infanterie, proposé pour artillerie lourde à tracteur par la commission de réforme de Béziers du 10 Mai 1918 pour « Blessure ancienne du nerf sciatique poplité interne droit » actuellement guérie presque complétement suite de blessure de guerre par éclat d’obus. Passé au 81° régiment d’artillerie lourde à tracteur le 30 Mai 1918. Passé au 130° régiment d’artillerie le 19 octobre 1918. Passé au 66° régiment d’artillerie de campagne le 5 Décembre 1918. Envoyé en congé illimité de démobilisation (10 échelons) le 22 Septembre 1919 à Effiat. Le dépôt mobilisateur du 53° régiment d’artillerie. Affecté au 4° régiment de défense contre avions le 1er Juin 1921. Cerificat de bonne conduite « Accordé ». Passé au 405° régiment d’artillerie de D.C.A le 1er Avril 1923. Maintenu service armé invalidité inférieure à 10% par la commission spéciale de réforme de Clermont Ferrand du 29 octobre 1924 pour « cicatrice légèrement adhérente et étoilée au creux poplité droit, séquelles de blessure par éclat d’obus ». Passé au centre mobilisateur d’Artillerie N° 414 le 1er Mai 1929. Sans affectation le 1er Mai 1932. Affecté à la classe la plus ancienne de la 2° réserve. Père de cinq enfants, article 58 le 2 Mai 1934. Campagnes contre l’Allemagne du 26 Août 1916 au 21 septembre 1919. Blessures, Citations, décorations, etc : Blessé à Craonne le 28 Mai 1917, plaie jambe droite par éclat d’obus.

People

Properties

Time

  • Temporal:

    • 2015-10-19 16:02:47 UTC
  • Place/Time:

    • Western Front

Provenance

  • Source:

    • User contributed content
  • Identifier:

    • 20162
  • Institution:

  • Provider:

  • Providing country:

  • First published in Europeana:

    • 2016-07-27
  • Last updated in Europeana:

    • 2016-07-27

Copyright

  • Rights:

    • http://creativecommons.org/publicdomain/zero/1.0/

References and relations

Location

  • Location:

    • Craonne
    • http://sws.geonames.org/6424853/
    • http://sws.geonames.org/3017382/
  • Place/Time:

    • Western Front
Longitude: "3.78333"
Latitude: "49.43333"

Find out more

View at Europeana 1914-1918 .

Can I use it?

Free Re-use
Entities
  • Subjects, resource types, genres and forms (Concepts)

  • Place names (Places)