Title

1918 - Lettre d'Arthur DESMAS

Letter from Arthur Desmas (1918)

Description

    • Archives familiales lettre d'un chasseur Alpin du 5ème Bataillon faisant partie après avoir été gazé du GBD (Groupe de brancardiers divisionnaires)quelque part du côté de Verdun.
    • 19 juillet 1918 Chers parents N’ayant rien reçu de vous, ni hier, ni avant-hier, j’espère avoir un petit mot aujourd’hui, aussi, c’est avec impatience que j’attends l’auto de relève : 11h½,…. elle ne doit pas tarder. Je vous ai dit, il y a quelques jours, que nous nous étions rapprochés du front. Je n’ai pas voulu vous dire à combien nous en étions de peur de vous effrayer. Je l’étais un peu moi-même, ne connaissant pas le métier des GBD (Groupe de brancardiers divisionnaires). Mais maintenant que je suis au courant, je puis vous parler en toute franchise. Nous ne sommes qu’à deux kilomètres des lignes Boches. Mais que je vous le dise tout de suite, rassurez-vous, nous sommes on ne peut mieux et je vous assure que j’y attendrai facilement la fin de la guerre, si on voulait nous laisser par ici, cantonnés dans un petit pays à flanc de coteau (que les Boches ne bombardent presque pas) parce qu’ils ne le veulent pas, sachant que les « sanitaires » sont là, ou parce qu’ils ne le peuvent pas, à cause de l’angle de pente, nous sommes on ne peut mieux. Les obus qui passent par-dessus nous, tombent tous dans la vallée, sans nous inquiéter. Nos batteries nous empêchent bien un peu de dormir par leur bruit presque continuel et assourdissant…mais c’est un détail insignifiant, d’ailleurs, cette nuit, j’ai roupillé comme un sourd. Il faut vous dire, chose que j’ai été heureux de constater et que nous constatons tous, que pour un obus que les Boches envoie dans nos lignes, nous leur en balançons au moins 60, nous n’arrêtons pas de tirer et n’entendons que rarement les Boches. Au point de vue de l’aviation, nous leur sommes aussi, il me semble bien supérieur : depuis 4 jours que nous sommes ici, nous n’avons vu qu’une vingtaine de Boches dont 9 ce matin, et plus de 130 alliés. En ce moment il y a encore 21 Américains qui se promènent au dessus de nous avec un bruit assourdissant. Les Boches ne disent rien, ils ne tirent pas dessus. Ce matin j’ai assisté à une lutte épique entre un avion Français, un As, et les 9 avions Boches. Il était à peu près 8h½, 3 Français venaient tranquillement en reconnaissance vers les lignes ; 9 Boches de leur côté faisaient de même, inévitablement, ils devaient se rencontrer. On pensait que les Français en infériorité auraient refusé le combat. Les Boches se sentant en force avançaient avec rapidité, les nôtres avançaient aussi. Tout à coup les mitrailleuses se mirent à crépiter des deux côtés, et deux de nos avions, probablement impressionnés firent demi tour. Il ne restait plus que notre As parmi 9 Boches. Ce fut réellement épatant. Il était là au milieu d’eux, faisant des loopings effroyables, virant sur l’aile, volant complètement sur le dos et manœuvrant la mitrailleuse avec dextérité extrême. Le temps était très clair et le soleil tapait en plein sur les combattants…nous pouvions voir les balles de mitrailleuses se diriger vers les adversaires. On s’attendait à voir d’un moment à l’autre notre avion piquer en flamme. Il n’en fut rien, au contraire, il descendit un Boche qui tomba à pique, puis probablement satisfait de lui-même, il piqua comme une balle de plomb vers le sol, se redressa vivement et fila tranquillement vers son camp, tandis que les Boches, sans doute épatés tournaient encore dans le haut, ne comprenant pas ce qui se passait. Si celui là n’est pas un de nos As, je me trompe fort. Voilà des faits que l’on ne voit pas tous les jours. Je suis exempt de brancards par le médecin-chef, aussi je ne fais pas grand-chose ici. Le travail du GBD se résume en ceci : aller chercher les morts au poste de bataillon, les ramener au GBD et les inhumer. Comme je fus exempt de brancard, je ne monte pas au bataillon, je reste ici, et puisque je ne suis pas d’une force extraordinaire pour manier la pelle et la pioche, on me donne un travail un peu moins fatiguant ….balayer la carré (car nous sommes logés dans de belles maisons, nous mangeons dans des assiettes en porcelaine et buvons dans des verres en cristal, nous dormons sur de doux matelas et avons contre les bombardements qui peuvent venir…des caves solides)…donc je balaye la carré et j’épluche les patates : un filon. Ce midi nous avons mangé superbement ----------- de lapins, du jambon, des macaronis, des tomates, (des caisses entières que les Américains on laissé) nous en profitons et nous vivons comme des princes. Après le repas café et gniole. Ce qui nous attriste est de savoir que nos pauvres fantassins sont à deux kilomètres de nous, couchés depuis 4 jours dans les champs de blé, sans eau, sans vin. Pauvres martyrs. Pourvu que Raymond n’y aille pas, pourvu qu’il trouve un petit filon, ne serait-ce que téléphoniste, mais j’ai grande confiance que cette maudite guerre finira avant qu’il soit au front. Nous les tenons….nous attaquons avec succès. Comme nous avons pu le voir les Américains sont épatants et il semble ici que nous les ------avec notre artillerie et notre aviation. Avant peu, on aura peut être de belles victoires. Je ne vous dis pas ou je suis, je vous le dirai plus tard, puisque je suis pas mal, cela doit vous être égal. Je ne suis pas cependant dans le secteur de notre avance d’hier. Mille Baisers (signature) A.Desmas

People

Properties

Time

  • Date:

    • 1818-07-19
  • Temporal:

    • 2014-11-06 09:26:20 UTC
  • Place/Time:

    • Aerial Warfare
    • Eastern Front

Provenance

  • Source:

    • User contributed content
  • Identifier:

    • 18149
  • Institution:

  • Provider:

  • Providing country:

  • First published in Europeana:

    • 2015-03-06
  • Last updated in Europeana:

    • 2016-07-27

Copyright

  • Rights:

    • http://creativecommons.org/publicdomain/zero/1.0/

References and relations

Location

  • Location:

    • non indiquée mais alentours de VERDUN supposés
    • #49.15894,5.386756999999989
  • Place/Time:

    • Aerial Warfare
    • Eastern Front
Longitude: "5.386757"
Latitude: "49.15894"

Find out more

View at Europeana 1914-1918 .

Can I use it?

Free Re-use
Entities
  • Subjects, resource types, genres and forms (Concepts)

  • Place names (Places)