Title

FRAD071-138 Antonin MICHELOT, violoniste virtuose.

Documents from Antonin MICHELOT.

Description

    • Récit de Jean-François FARGET sur ses grands-parents maternels Antonin et Marguerite MICHELOT et sa mère Simonne FARGET, née MICHELOT. C’est en 2007, peu après le décès de Simonne, sa mère, que Jean-François FARGET a découvert un ensemble de lettres rédigées pendant la Première Guerre mondiale par Antonin MICHELOT son grand-père maternel. Convaincu de l’intérêt de ces documents et engagé dans une démarche de transmission, d’abord entreprise au sein du cercle familial, M. FARGET a permis aux Archives départementales de Saône-et-Loire de numériser 60 correspondances. Ces courriers atypiques, de plusieurs pages chacun, rédigés du 8 août 1914 au 18 août 1918 par Antonin MICHELOT, à l’attention de sa femme Marguerite et de sa belle-mère Louise MEUNIER, sa maman de substitution pour lui qui avait perdu la sienne, retiennent particulièrement l’attention. Musicien avant toute chose, Antonin parle avec intensité de lectures et de musique plutôt que du quotidien et livre sans détour les pensées que sa nouvelle vie lui inspire. En 1914, Antonin a 32 ans. Il est violoniste et vit à Mâcon avec sa femme Marguerite (24 ans), violoniste et pianiste. Tous deux partagent en commun une passion pour la musique qu’ils jouent en virtuoses. Mobilisé en août, Antonin est affecté à la 8ème section des infirmiers militaires et commence la guerre en s’occupant de tâches administratives (vaccination des troupes contre la typhoïde…). En décembre, il est nommé brancardier et rejoint la région d’Amiens. De son côté Marguerite s’engage comme infirmière à l’hôpital temporaire n°20 de Mâcon. Connaissant une baisse de moral à l’automne 1915, Antonin revit en recevant son violon au front au début du mois de novembre et en apprenant quelques semaines plus tard la grossesse de sa femme ; laquelle accouchera d’une petite Simonne « Monette » le 4 septembre 1916. Hospitalisé courant 1916, Antonin rejoint le front en milieu d’année 1917 (secteurs de Noyon, Montdidier et Châlons-sur-Marne) après avoir été reconnu apte au service par une commission d’aptitude à Marseille. En 1918, alors qu’il avait annoncé par courrier avoir la ferme conviction de pouvoir venir en permission à Mâcon pour l’anniversaire de sa fille, Antonin meurt à 34 ans de maladie contractée en service commandé la veille des deux ans de Simonne dans une ambulance à La Veuve (Marne). Son corps repose dans la nécropole de Sept-Saulx. Remariée en 1921 avec Henri POURROT, un ami d’enfance, Marguerite confie Simonne aux bons soins de ses grands-parents et quitte Mâcon. A cette séparation restée à jamais douloureuse pour Simonne, s’en est bientôt ajoutée une autre. En 1929, Simonne, âgée de 13 ans, perd également sa mère (37 ans), emportée par la tuberculose.

Properties

Time

  • Temporal:

    • 2014-07-11 09:32:34 UTC
  • Place/Time:

    • Western Front

Provenance

  • Source:

    • User contributed content
  • Identifier:

    • 16727
  • Institution:

  • Provider:

  • Providing country:

  • First published in Europeana:

    • 2014-07-25
  • Last updated in Europeana:

    • 2016-07-27

Copyright

  • Rights:

    • http://creativecommons.org/publicdomain/zero/1.0/

References and relations

Location

  • Place/Time:

    • Western Front

Find out more

View at Europeana 1914-1918 .

Can I use it?

Free Re-use
Entities
  • Subjects, resource types, genres and forms (Concepts)