Title

FRAD067-139 Rodolphe Gobert (1890-1981), sergent de la Division marocaine, sous-officier engagé au service de sa patrie mais lucide au plus fort des combats.

Documents from Rodolphe Gobert

Description

    • Journal de guerre, citation de la Compagnie 26/2 M (Division marocaine.
    • Rodolphe Gobert (Fontainebleau, 7 janvier 1890-Seyssinet-Pariset, 17 janvier 1981) travaille avant-guerre dans les Ponts et chaussées en Tunisie. Réserviste, il a effectué la majeure partie de son service militaire actif au 4e Zouaves. Nommé d’abord comme secrétaire à la 19e section de secrétaires d’Etat-Major à Tunis, il demande, le 26 novembre 1914, à rejoindre le front et plus particulièrement le 4e régiment de marche de Tirailleurs tunisiens à Sousse. Sergent à la Division marocaine, il fait toute la guerre sur le Front occidental, dans l’Oise, l’Aisne, les départements lorrains, la Somme (juillet 1916) et à Verdun (août 1917). Son journal de guerre, écrit du 27 novembre 1915 au 4 août 1919, contient le détail de ses nombreux cantonnements. Il est cité 4 fois à l’ordre du 4e régiment de marche de Tirailleurs tunisiens, pour le 27 août 1916, les 17-20 avril 1917, les 20-24 août 1917 et encore à l’ordre du 2e Génie, Compagnie 26/2 M (Division marocaine) pour de vaillants combats, les 12-13 juin 1918, et les attaques des 2, 5 et 14 septembre 1918. Son journal de guerre est celui d’un sous-officier engagé, courageux, mais aussi d’un homme lettré, curieux et ne manquant pas d’humour, même dans les pires moments. Son récit fourmille de détails non seulement sur les combats mais aussi sur la vie à l’arrière, sur les gens rencontrés, qu’ils soient de culture française ou germanique. Le journal est également illustré de dessins, notamment de soldats nord-africains, et contient quelques cartes postales-photos des endroits parcourus voire habités. Son grade de sous-officier lui permet de bénéficier de certains privilèges que les soldats n’ont pas connus et d’une hauteur de vue sur les événements tout à fait précieuse. Il se moque gentiment de l’accent des paysans, des habitudes des Américains et Australiens, des tas de fumier devant les maisons lorraines ; il évoque les pillages par les soldats français, la remise en état des maisons touchées par les combats, le dégagement des routes, et se dit « fixé désormais sur les véritables sentiments des alsaciens-lorrains que ni les menaces ni les rigueurs de la barbarie de l’Allemagne n’ont pu transformer » ; il ne cache pas son étonnement et son admiration pour le modernisme et l’hygiène des villages et villes du Palatinat ainsi que pour le confort des maisons qu’il a pu visiter. Après l’Armistice, il parcourt encore la Lorraine, l’Alsace jusqu’au Palatinat bavarois avant d’embarquer à Marseille pour rejoindre Bizerte, le 4 août 1919.

Properties

Time

  • Date:

    • 1919-08-04
    • 1915-11-27
  • Temporal:

    • 2014-02-23 16:39:18 UTC
  • Place/Time:

    • Western Front

Provenance

  • Source:

    • User contributed content
  • Identifier:

    • 13759
  • Institution:

  • Provider:

  • Providing country:

  • First published in Europeana:

    • 2014-04-03
  • Last updated in Europeana:

    • 2016-07-27

Copyright

  • Rights:

    • http://creativecommons.org/publicdomain/zero/1.0/

References and relations

Location

  • Place/Time:

    • Western Front

Find out more

View at Europeana 1914-1918 .

Can I use it?

Free Re-use
Entities
  • Subjects, resource types, genres and forms (Concepts)