Title

FRBNFM-002 Histoire de François-Léon Chrismann

Story of Léon Chrismann

Description

    • Sept documents : - Document 1 : photo de régiment, portrait de Léon Chrismann - Document 2 : Léon Chrismann avec d'autres soldats en détente à Nersac (1915) + photo-carte postale à l'hôpital de Carcassonne (8 mai 1915) + photo-carte postale de Léon et d'un groupe de soldats sur un chemin de campagne (9 juillet 1915) - Document 3 : photo-carte postale de Louise avec deux autres jeunes femmes (1918) - Document 4 : autorisation du port de la médaille de la victoire pour Léon (13 novembre 1934) + Inscription au Livre d'or des soldats de Verdun
    • Il s’agit de l’histoire de François-Léon Chrismann (1er/05/1888 à Briey-17/9/1980 à Agen) originaire d’Homécourt en Meurthe-et-Moselle. Avant la guerre, il travaille aux Aciéries de la Marine de cette commune. Il épouse Louise Bercq (19/8/1893 à Moineville-6/7/1986 à Aiguillon) le 12 mars 1917 à Izieux dans la Drôme alors que leur mariage aurait dû être célébré en septembre 1914 à Moineville, ville de résidence de Louise située en Meurthe-et-Moselle. Mais à ce moment-là Moineville étant occupée par les allemands, il a fallu que la famille puisse évacuer cette zone pour finalement s’installer à Izieux dans la Drôme en 1916. Léon reçoit son ordre de mission le 2 août 1914 en tant que télégraphiste. En septembre, il rejoint Verdun où il est affecté au standard à la Citadelle. En janvier 1915, il a droit à quelques jours de permission qu’il passe à Paris. En mars 1915, il part sur le front aux Eparges avec un nouvel engin, une « perforeuse » devant aider les soldats à construire les tranchées. Le 20 mars 1915, en faisant une reconnaissance de jour avec un officier pour voir comment utiliser cette machine, Léon est blessé à la poitrine. Il est évacué sur un hôpital militaire puis en convalescence à Carcassonne jusqu’au 28 mai 1915. Il se retrouve ensuite à nouveau au dépôt du régiment près d’Angoulême. Puis en juillet de la même année, tout le dépôt rejoint, dans la Somme, la 62e Division d’Infanterie. Il est alors nommé caporal et est détaché à la 123e brigade comme chef de poste du central téléphonique. Il occupe ces fonctions jusqu’à la fin du conflit en combattant sur de nombreux fronts : la Somme, la Marne, l’Oise, Dunkerque, le Chemin des Dames… A moment de l’Armistice, il se trouve à Arreux dans les Ardennes. Son régiment est dissous à Strasbourg. Il est affecté près d’Altkirch dans le Haut-Rhin jusqu’à sa démobilisation en juillet 1919. Il rentre enfin à Homécourt le 14 juillet 1919. Les parents de Léon, François son père et Emélie sa mère, resteront sans nouvelle de leur fils pendant tout le conflit.

Properties

Time

  • Date:

    • 1934-11-13
    • 1914-08-02
  • Temporal:

    • 2014-02-17 15:49:49 UTC
  • Place/Time:

    • Western Front

Provenance

  • Source:

    • User contributed content
  • Identifier:

    • 13562
  • Institution:

  • Provider:

  • Providing country:

  • First published in Europeana:

    • 2014-02-28
  • Last updated in Europeana:

    • 2016-07-27

Copyright

  • Rights:

    • http://creativecommons.org/publicdomain/zero/1.0/

References and relations

Location

  • Place/Time:

    • Western Front

Find out more

View at Europeana 1914-1918 .

Can I use it?

Free Re-use
Entities
  • Subjects, resource types, genres and forms (Concepts)